Le lac Natron est l’un des endroits les plus inhospitaliers de la planète, il est situé au nord de la Tanzanie, à la frontière avec le Kenya.

Ce lac est une masse d’eau très alcaline qui occupe un creux dans la vallée du Rift, il ressemble à un paysage martien désert et désolé.

Cela peut sembler improbable à première vue, mais le lac abrite plusieurs formes de vie, tant dans les eaux peu profondes qu’en dehors de sa surface.

Des millions de flamants nains choisissent cet endroit pour nicher.

Ce lac, situé non loin de la frontière avec le Kenya, se trouve sur le Gregory Rift, une branche orientale de la vallée du Grand Rift, à environ 600 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Ce lac salé s’étend sur 56 km de long et 24 km de large, sa profondeur maximale est de seulement 3 mètres.

L’eau qui l’alimente provient du sous-sol et est extrêmement alcaline en raison de la forte concentration de carbonate de sodium. En fait, ce lac tire son nom du carbonate de sodium hydraté lui-même : ce sel est plus connu sous le nom de Natron.

Le natron est connu depuis l’époque de l’Égypte ancienne. À l’époque, il était utilisé pour la momification des cadavres.

Ce sel a la propriété d’absorber l’eau des tissus du corps et de les laisser déshydratés, les anciens Égyptiens le recueillaient dans les lits de lacs alcalins momentanément secs pour l’utiliser pour ses propriétés asséchantes et antibactériennes.

Si un corps est immergé dans le Natron, le sel absorbe tous ses composants liquides, en même temps, les micro-organismes responsables de la décomposition s’éloignent du corps car ils ne sont pas capables de survivre dans un environnement aussi alcalin.

Il est possible de voir des restes d’animaux, principalement des oiseaux, ressemblant à des statues de pierre. En fait, après leur mort, les animaux se momifient en raison de la forte concentration de carbonate de sodium dans les eaux du lac.

Ces eaux proviennent du volcan qui sert également de toile de fond au paysage du lac Natron, il est appelé Ol Doinyo Lengai, “Montagne de Dieu” en maa, la langue des Maasai.

Le carbonate de sodium provient des restes des éruptions du volcan. Lorsqu’il pleut, l’eau pénètre dans le sol et y acquiert de tels éléments qui, lorsqu’ils refont surface dans le lac, en font l’un des environnements les plus inhospitaliers du continent africain.

La région du lac Natron est caractérisée par un climat semi-désertique, ce qui en fait un endroit extrêmement sec avec des températures élevées, pouvant même atteindre 40°C, surtout pendant la saison sèche de juin à octobre, ce qui entraîne une évaporation importante et rapide des eaux du lac.

En raison des effets de l’évaporation, le niveau de salinité de l’eau augmente, créant ainsi les conditions idéales pour le développement des cyanobactéries, qui sont des micro-organismes tirant leur alimentation d’un processus comparable à la photosynthèse des plantes ; les cyanobactéries contiennent des pigments rouges qui donnent au lac sa couleur caractéristique.

Le lac a tendance à prendre une teinte rouge qui se transforme en orange dans les eaux peu profondes, ce qui se produit beaucoup plus pendant les mois les plus secs.

C’est pendant cette période, surtout entre juillet et août, qu’environ 2 millions et demi de flamants nains atteignent les rives du lac Natron pour se reproduire et nicher. Les flamants peuvent filtrer l’eau à travers leur bec pour retenir la nourriture dont ils ont besoin.

Cet endroit est sauvage et inhospitalier, le pH de l’eau est si élevé qu’il la rend aussi corrosive que l’ammoniac.

Il est surprenant qu’il existe des formes de vie qui peuvent se nourrir et se reproduire ici. D’un autre côté, cette inhospitalité crée un moyen de défense pour certaines espèces, en effet, le sol caustique agit comme une barrière éloignant les prédateurs.

Les flamants roses ont choisi cet endroit comme leur habitat idéal, le lac Natron est l’endroit au monde avec la plus grande concentration de ces oiseaux, environ 75% de la population mondiale entière vit et se reproduit dans ces eaux.

Cependant, les flamants roses ne sont pas les seuls êtres vivants que l’on trouve dans cette région.

Dans les eaux du lac nage le Tilapia du Natron ou Tilapia Alcalica, Alcolapiaalcalicus en latin, ce poisson tropical est capable de survivre dans ces eaux salines en se nourrissant des mêmes organismes et algues que les flamants roses.

Dans cet environnement aux températures extrêmes et aux vents violents, la végétation est rare et le sol est tellement couvert de boue qu’il est presque impossible pour la plupart des mammifères de s’y déplacer.

Par conséquent, rares sont les animaux qui peuvent y vivre.

Ceux qui y résident sont surtout les autruches, les gérénuques et les petits koudous ; en outre, cette zone fait partie de la route de migration que les buffles, les zèbres, les gnous et les éléphants empruntent pour se déplacer du parc national de Tarangire au parc national du lac Manyara ; les prédateurs sont rares, mais il est possible d’apercevoir des hyènes, des chacals et des léopards.

Le lac Natron est également une destination privilégiée des amateurs d’ornithologie, puisqu’il offre la possibilité d’apercevoir plus de 400 espèces d’oiseaux.